Sans conteste l'un des clans orcs les plus connus notamment car il fut dirigé pendant de longues par Grommash Hurlenfer, l'orc qui brisa la malédiction qui liait son peuple à Mannoroth. Considérés tantôt comme braves, tantôt comme sauvages, les orcs chanteguerres représentent à eux seuls toute la majesté et la barbarie dont peut faire preuve le peuple orc.

Redevenu esclave de la Légion Ardente au cours de la Troisième guerre, le clan racheta ses fautes passées au prix du sang de son seigneur de guerre et d'une allégeance total au chef de guerre Thrall. En guerre perpétuelle avec les elfes de la nuit à cause de leur activité bûcheronne à Orneval, les chanteguerres apaisèrent leurs cœurs tourmentés par la soif de sang au cours des années qui suivirent la fondation d'Orgrimmar.

L'arrivée de Garrosh Hurlenfer, fils de Grommash, ainsi que d'un grand nombre de mag'hars amena un second souffle guerrier à ce clan éteint et offrit du sang neuf aux vieux guerriers survivants de la trahison de la Troisième guerre.

Lorsque la dissolution de la Horde fut prononcée en l'An 32, le Clan Chanteguerre fut le premier à réclamer son indépendance sous l'impulsion de Garrosh. Le Clan fit la traque aux sbires du Fléau dans le sud de Kalimdor tandis qu'une expédition était envoyée aux Royaumes de l'Est pour tenter de rallier les Réprouvés à la cause orque. Mené par le Suzerain Agmar, ce détachement comprit rapidement que les alliés d'hier étaient retournées sous le joug du Roi-liche et l'escouade expéditionnaire commença à être décimée.

De son côté, Garrosh Hurlenfer mena les siens jusqu'à Désolace et y restaura l'ancienne forteresse de Hache-tonnerre en vue de détruire le Clan Crins-de-mort, un groupe de hurans fanatiques vénérant le Roi-liche comme une divinité majeure et collaborant avec les perfides nérubiens pour tenter de créer des brèches dans le sud du continent.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.